Webinaire

La deuxième édition de la Semaine de la philanthropie à l’INRS a pris fin ce midi après cinq jours d'échanges enrichissants et pertinents entre les membres de la grande communauté de l’INRS. Merci à nos diplômé.e.s et récipiendaires des prix Lumières Eric IrissouSophie Dufour-Beauséjour et Marie-Pierre Ippersiel d’avoir accepté de partager leur expérience à l’INRS et à Anne-Pascale Richardson (Ph.D. Biologie) pour avoir animé cette rencontre d’une main de maître. Voici un sommaire de leurs propos.

L’impact de l’INRS sur leurs parcours professionnels :

  • Eric, Sophie et Marie-Pierre ont mentionné d’emblée l’influence positive de leur passage à l’INRS, qui a élargi leurs horizons scientifiques et personnels et qui leur permet aujourd’hui d’occuper des postes multidimentionnels.
  • L’approche de recherche et de formation de l’INRS, axée sur la multidisciplinarité, leur a permis de développer leur créativité, leur flexibilité et une grande capacité d’adaptation, qu’ils utilisent aujourd’hui pour collaborer avec des intervernant.e.s de milieux variés.
  • L’importance du travail d’équipe, le multiculturalisme, la diverstié et l’ouverture à différentes approches, sont aussi des aspects clés de l’INRS qui les ont préparés à évoluer dans différents types d’environnements.
  • La maîtrise et le doctorat en Sciences de l’énergie et des matériaux au sein de l’équipe tissée serrée du Centre Énergie Matériaux Télécommunications, auront permis à Eric d’approfondir ses connaissances en recherche mais aussi d’acquérir de précieuses compétences techniques. Une formation qui lui sert aujourd’hui dans son rôle de chef d’équipe au Conseil national de recherches Canada, où il aide une trentaine de compagnies et d’organismes à créer des liens entre les milieux de recherche et l’industrie.
  • Le doctorat en Sciences de l’eau aura permis à Sophie d’évoluer d’une maîtrise en physique à son poste actuel d’analyste des politiques au gouvernement du Canada. Elle utilise aujourd’hui ses connaissances pour aider les communautés autochtones du Nord du Canada à lutter contre les changements climatiques.
  • Le doctorat en Études Urbaines aura permis à Marie-Pierre d’arrimer toutes ses expériences universitaires et de les consolider en une expertise unique, qui lui permet aujourd’hui de contribuer au développement de l’écosystème d'innovation en matériaux avancés à titre de présidente et directrice générale de PRIMA Québec.
  • La recherche à dimension humaine et l’environnement sain et équilibré offert par l’INRS, ont aussi grandement contribué à l’expérience positive d’Eric, de Sophie, de Marie-Pierre et d’Anne-Pascale. Le fait que l’INRS se consacre aux études supérieures a été un autre avantage considérable, surtout en ce qui a trait à l’accessibilité des professeur.e.s. Eric, Marie-Pierre et Sophie ont d’ailleurs tous développé une belle relation avec leurs directeur.trice.s de thèse qui sont aujourd’hui des mentors.

Un sentiment d’appartenance fort et un désir de redonner à l’INRS :

  • Eric, Sophie, Marie-Pierre et Anne-Pascale sont extrêmement reconnaissants envers l’INRS et ont un désir profond de redonner à leur alma mater afin de faire vivre cette expérience positive à d’autres.
  • Qu’il s’agisse d’amitiés, de projets de recherche en collaboration avec l’INRS ou d’activités bénévoles, tous les quatre conservent des liens étroits avec l’INRS.

Ce que la Fondation peut faire pour favoriser l’essor de l’INRS :

  • Selon Eric, la Fondation est ce qui manquait à l’INRS pour stimuler l’engagement des diplomé.e.s et les mobiliser afin d’obtenir leur soutien financier et autre, comme c’est le cas dans les universités américaines.
  • Poursuivre l’organisation d’événements porteurs pour l’ensemble de la communauté de l’INRS.
  • Accentuer sa présence sur les réseaux sociaux afin d’inciter les diplomé.e.s à suivre et à partager.

Comment mettre nos diplomé.e.s en valeur :

Suivez-nous sur LinkedInFacebook ou Twitter et partagez !

VISIONNEMENT EN RAPPEL 

Mot de clôture du DG de l’INRS 

Retour à la liste des nouvelles