Golara Golbaghi

 

 

Ce prix signifie beaucoup pour moi et m’encourage à suivre ma passion pour la science. Il souligne également que mon travail acharné a porté ses fruits et que d’autres scientifiques reconnaissent mes recherches. Dans l’ensemble, c’est une belle touche finale à mes études doctorales.

Golara Golbaghi
Ph. D. Biologie, 2020

Centre Armand-Frappier Santé Biotechnologie | Directrice : Annie Castonguay


Qu’est-ce qui vous a amenée à l’INRS? Que retenez-vous de votre expérience?

L’INRS est une université multiculturelle; c’est un endroit idéal pour les étudiants internationaux qui souhaitent poursuivre leurs études supérieures. Il est reconnu pour l’excellence de ses programmes de recherche. J’ai beaucoup aimé faire mes études supérieures dans un groupe de recherche multidisciplinaire pour explorer et apprendre différentes techniques en m’engageant dans divers projets. L’une de mes motivations pour joindre l’équipe de la Professeure Castonguay à l’INRS était le sujet de recherche passionnant qui englobe à la fois la chimie et la biologie. Étant doctorante en biologie avec une expérience antérieure de recherche en chimie, j’ai eu la chance d’accroître mes connaissances et d’élargir mes horizons. De plus, l’INRS m’a offert la chance de travailler avec des personnes d’origines différentes et m’a aidée à me lier d’amitié avec des chercheurs de divers pays. Étudier à l’INRS et vivre mon doctorat à Montréal a été une formidable expérience d’immersion en culture francophone canadienne que je n’oublierai jamais.

Pouvez-vous décrire l’enjeu et l’impact de la recherche présentée dans votre thèse?

Ma thèse doctorale s’inscrit dans le domaine de la chimie médicale inorganique. Ce projet interdisciplinaire visait à concevoir de nouveaux composés métalliques à base de ruthénium pour traiter le cancer du sein. Mes recherches ont montré que certains complexes de ruthénium portant un inhibiteur enzymatique pouvaient être considérés pour des médicaments potentiels de traitement du cancer du sein. La plupart des complexes de ruthénium étudiés ont montré un effet thérapeutique plus significatif et une toxicité in vivo plus faible que le médicament anticancéreux actuellement utilisé (cisplatine). Le cancer du sein étant la cause la plus courante de décès par cancer chez les femmes au Canada et ailleurs dans le monde, j’espère que les résultats que j’ai obtenus dans mes recherches doctorales pourront aider les scientifiques à mettre au point des traitements plus efficaces pour ce type de cancer.

Que signifie ce prix pour vous?

Je suis très honorée d’avoir été sélectionnée pour le prix de la meilleure thèse, et j’étais ravie de recevoir le courriel m’annonçant l’obtention du prix. Je tiens à remercier le comité d’avoir choisi ma thèse et ma directrice, la professeure Annie Castonguay, pour son soutien et ses conseils précieux. Ce prix signifie beaucoup pour moi et m’encourage à suivre ma passion pour la science. Il souligne également que mon travail acharné a porté ses fruits et que d’autres scientifiques reconnaissent mes recherches. Dans l’ensemble, c’est une belle touche finale à mes études doctorales.

Quel est le prochain chapitre pour vous maintenant que vous êtes diplômée?

Étudier dans le groupe de recherche Castonguay à l’INRS m’a offert de nombreuses opportunités. En travaillant sur mon projet de thèse, j’ai eu la chance d’établir des collaborations avec d’excellents scientifiques d’autres groupes de recherche et de participer à différentes organisations et conférences qui m’ont tous aidée à parfaire mes connaissances scientifiques et à améliorer mes compétences en leadership organisationnel. Après l’obtention de mon diplôme, le prochain chapitre pour moi consiste à appliquer dans l’industrie ce que j’ai appris au cours de mes études. Je travaille actuellement en tant que scientifique-développeuse de produits où je mets en œuvre mes connaissances et mon expérience pour concevoir des produits de haute qualité. Je poursuivrai mon aventure scientifique en acquérant de nouvelles compétences et en transmettant à d’autres personnes les connaissances que j’ai moi-même acquises.

 Découvrir d’autres récipiendaires